Nos activités

 La pédagogie aidée par le cheval (PAC) pratiquée en séance individuelle ou en duo au sein d’AME consiste à présenter à la personne accompagnée la personnalité, les spécificités, les besoins de l’animal et à susciter son intérêt pour lui ; à progressivement introduire les principes de responsabilisation et de discipline personnelle ; à inciter à la mobilisation des deux hémisphères cérébraux; à profiter de la variété des soins requis par le cheval pour amorcer un travail d’équipe et ainsi développer des relations de collaboration ; puis à se fonder sur les relations interpersonnelles ainsi nouées pour aider la personne à se situer dans une connexion à un groupe social plus large.



Corps et Âme

 Les prestations d’accompagnement délivrées dans le cadre d’une relation triangulaire cheval médiateur-personne accompagnée-humain médiateur - reposent sur un triptyque pédagogique dont la valorisation de la personne dans sa totalité corps et âme constitue le socle : 

. rencontre de l'autre dans le non-jugement

. prise de conscience du potentiel enfoui, et 

. apprentissage/développement de nouveaux acquis émotionnels, cognitifs, gestuels et relationnels avec pour finalité un épanouissement personnel renforcé et une meilleure insertion sociale grâce à un regain de confiance en soi et d’estime de soi. 

Un cheminement concret, concerté et adapté aux capacités de chacun pour accroître le sentiment d'efficacité personnelle. Les séances sont individualisées ou mettent en scène l’action collaborative, selon les cas. 

 


LRapport d'activités 2018 d’Animal Mieux-Être

Au 31 décembre 2018, AME comptait 32 adhérents à jour de leur cotisation dont 5 personnes morales ayant toutes leur siège dans les Pyrénées orientales et plus d’un tiers de personnes accompagnées. L’action de l’association a conservé son caractère philanthropique social et éducatif, participant, de surcroît, de par la gratuité des services rendus, à la lutte contre les discriminations sociales et économiques ; ce qui vaut à Animal Mieux Être d’être reconnue d’intérêt général et d’utilité publique suite à la demande de rescrit effectuée début 2018. 

L’année écoulée a connu un fort développement des activités de l’association créée il y a tout juste deux ans, notamment dans les domaines suivants :

-          Services d’équicie[1] à des personnes en situation de handicap physique et/ou psychique et financièrement peu nanties;

-          Activités de sensibilisation à la médiation équine à destination d’intervenants thérapeutiques pratiquants ou en formation ;

-          Partenariats formels ou informels;

-          Demande et obtention d’aides publiques (collectivité locale et Conseil départemental) ;

·       Communication externe : médias, participation à des événements départementaux et mise en ligne du site Internet d’AME ; 

·       Réponses à appels à projets. 

 

Ø  Les services d’équicie – Ils constituent, bien sûr, le cœur même de l’action d’Animal Mieux Être. Ce ne sont pas moins de 15 personnes (sans compter nos amis de Trisomie 21 PO), adultes et enfants, qui en ont bénéficié dans le courant de l’année 2018, en accompagnement de plus ou moins longue durée, parfois ponctuel, sur la base de séances généralement hebdomadaires d’une durée de 2 à 3 heures chacune, conduites individuellement ou en groupe très restreint de 2 à 3 personnes capables de travailler en collaboration. Les séances sont focalisées sur l’enrichissement personnel - se traduisant parallèlement par une meilleure insertion sociale des personnes accompagnées - généré par l’interaction humains-équidés médiateurs pédagogiques au fil des soins de pansage et de la tenue en main de l’animal avec apprentissage des gestes de base à avoir et à ne pas avoir pour le respect de son bien-être, toujours en filigrane de notre action ; ce pourquoi, AME est signataire de l’éthique Equiref, d’activités dans le rond de longe. Nous profitons des synergies positives humain-animal favorables aux apprentissages cognitifs pour introduire des exercices « intellectuels » : pratique de l’écriture et de la lecture pour les personnes illettrées, décryptage de photos et vidéos prises pendant les sessions pour une meilleure compréhension du langage corporel humain et équin, connaissance des termes de l’anatomie équine ou des noms des principaux outils de pansage. Entre début mars (date de l’AG 2017) et fin décembre 2018, ce sont ainsi plus de 170 séances représentant quelque 1200 heures de bénévolat dédiées à l’activité de médiation équine qui ont été conduites ; les chiffres respectifs pour 2017 étaient 80 séances et 200 heures…autant dire que notre pied n’a pas lâché l’accélérateur ! Chaque session a fait l’objet d’un compte rendu illustré, archivé chronologiquement dans un journal de bord dont la confidentialité est garantie.

Le volet soutien scolaire que nous avions démarré en 2017 n’a pas trouvé preneur malgré des contacts pris avec l’école primaire de Saint André et le Comité local d’accompagnement scolaire d’Elne. Nous n’avons pas trop poussé à la roue par manque de personnes ressources au sein d’AME susceptibles de prendre le relais de l’unique médiateur humain qu’a été, jusqu’ici, la présidente de l’association. 

 

Ø  Les activités de sensibilisation à la médiation équine - Fer de lance, en terre catalane, de cette discipline encore peu connue qu’est l’équicie susceptible d’ouvrir de nouveaux débouchés socio-économiques et de constituer une alternative thérapeutique, AME a emmagasiné un savoir-faire susceptible d’intéresser des professionnels de la santé en exercice ou en formation. Dans le courant de l’été, nous avons sensibilisé aux bénéfices directs (mieux vivre le handicap) et indirects (complément aux soins apportés par les structures thérapeutiques) de la relation d’aide par le cheval l’Institut Équilibre et santé, un étudiant en psychologie, une kinésithérapeute intervenant en centre d’accueil d’enfants handicapés, une naturopathe expérimentée en psychologie. Nous avons noté que la gratuité des prestations d’AME constitue une réelle entrave à la sensibilisation des professionnels indépendants spécialisés psychothérapie, psychomotricité, orthophonie et autres qui n’ont guère de temps pour le bénévolat et font payer, à juste titre, leurs prestations. ; la gratuité de nos prestations

 

Ø  Nos partenariats - Conviction bien ancrée de la nécessité d’agir en réseau pour une conjugaison des efforts, AME s’est engagée dans de nouveaux partenariats avec les organismes suivants : 

·                L’Albe, centre d’accueil de jour en demi-pension pour adultes handicapé(e)s situé à Argelès-sur-mer et chapeauté par Enfance catalane, requiert les services d’AME pour deux de ses accueillis une semaine sur deux.

·                L’APAJH, sise à Sorède (66690), émanation de l’ESAT « Les micocouliers », a fait appel à l’activité de médiation équine de manière hebdomadaire pour deux personnes suivies par ses soins ; l’une d’elle a abdiqué après une hospitalisation en octobre dernier.

·                Cohérence Réseau, association d’insertion sociale et professionnelle, siège à Perpignan, propose la médiation équine aux personnes qu’elle épaule ; deux d’entre elles ont opté pour cette activité ; les rencontres avec cette association sont régulières, toujours conviviales et fructueuses compte tenu de son expérience.

·                Le CAUS66, Collectif des associations des usagers de la santé (CAUS66) des PO, intervient en tant que facilitateur d’échanges ; il a ainsi permis à AME de figurer à la première Université départementale de la santé, du bien-être et du handicap organisée au printemps dernier à Perpignan. 

·                Trisomie 21 PO, siège à Claira, a utilisé à deux reprises le mas pour des pique-nique agrémentés d’animations comportant une mise en relation avec les équidés d’AME. L’éloignement géographique et la nécessité de conditions météorologiques idoines font de nos rencontres des événements ponctuels.

·                La Fédération des Pyrénées orientales de la Ligue de l’enseignement, au travers de son Centre de ressources départemental à la vie associative (CRDVA) dont nous avons rencontré le directeur et une chargée de mission, nous a prodigué d’excellents conseils pour le développement d’AME, entre autres le recours à des volontaires du Service civique pour diverses activités et un appel à Radio France Bleu Roussillon pour nous aider à nous doter d’un mobil home-club house. Il s’agit là d’un partenariat certes tout à fait informel, mais notre association est désormais inscrite sur les tablettes du CRDVA que nous pouvons appeler au secours pour toute question d’ordre réglementaire, fiscale ou sociale, et donc susceptible de nous accompagner dans notre mission bénévole.

Côté négatif, deux partenariats que nous avions engagés fin 2017 se sont soldés par un échec :

·                 Il faudra leur dire, association de protection de l’enfance avec qui le partenariat a pris fin de manière unilatérale (du fait de cette association) en termes assez violents de la part de sa présidente après mésentente sur l’organisation de la chasse au trésor de Pâques dernier. 

·                Aisahi, association pour le handicap invisible dont le siège est à Elne, qui n’a plus donné signe de vie après sa participation à notre AG 2017 et, ce, malgré plusieurs ouvertures de notre part.

 

Ø  Nos demandes de subvention - Formulées maladroitement, il faut bien le dire, par manque d’expérience, à l’intention du Conseil départemental des Pyrénées orientales (un dossier bringuebalant défendu avec zèle et brio par Stéphanie Mariot qui mérite nos sincères applaudissements) et de la commune de Saint André (pour la petite histoire, sans adjonction du RIB de l’association) ont abouti, un peu contre toute attente compte tenu de la conjoncture économique. 

Le Conseil départemental nous a dotés de 800 euros, une somme considérable, pour aider à la construction d’une toilette sèche PMR (personnes à mobilité réduite) dédiée au public accueilli par l’association, un équipement obligatoire aux yeux de la loi. Au passage, nous aurons bientôt besoin de bras pour passage à la construction ! Concernant cet investissement, il nous faut saluer l’équipe dirigeante du magasin Weldom d’Argelès, directeur en tête, séduite par notre action bénévole, laquelle nous fait grâce de plus de 500 euros sur les matériaux de construction, sans compter le temps consacré à l’élaboration de la commande ! Nous pouvons nous vanter d’avoir, là, un partenaire très investi à nos côtés. Applaudissements là encore bien mérités ! 

La Mairie de Saint André nous a accordé, de son côté, 200 euros, une belle somme sur un budget communal toujours géré au plus fin pour le bien des administrés, qui nous a permis de nous doter d’outils de communication (flyers, banderole, roll-up…) dignes d’une association crédible et, également, d’une rampe d’accès (amovible) à l’écurie pour les fauteuils roulants. 

Ainsi les investissements majeurs prévus pour l’exercice 2018 lors de l’AG 2017 ont-ils été concrétisés.

Ces octrois de subvention, outre la bouffée d’oxygène financier qu’ils constituent pour notre minuscule budget, nous ancrent dans le tissu associatif local et départemental. Une belle performance compte tenu de la jeunesse de notre association et de son secteur d’intervention encore mal connu des élus et de la population en général.

 

Ø  Notre communication externe – Donner de la visibilité à notre association est essentiel pour faire connaître non seulement son action, mais aussi plus globalement les bénéfices à retirer de la médiation équine afin que d’autres structures fleurissent dans notre département et notre région. AME vise, en effet, l’essaimage.

Site Internet – Ça y est enfin, notre association est dotée de cet outil de communication indispensable, en grande partie grâce à Jean-Roger Mercier qui a dû se plonger dans un mode d’emploi Jimdo de quelque 150 pages et a sué sang et eau pour organiser la matière de base. On peut donc maintenant retrouver AME à l’adresse animal-mieux-etre.fr. Certes perfectible, notre site est apprécié de celles et ceux qui nous ont fourni leur feed-back.

Côté médias – Une présentation de l’association envoyée fin mai au siège perpignanais de FR3 a fait instantanément mouche ; début juin, une équipe de tournage est venue réaliser un mini film au mas, dans des conditions météorologiques désastreuses, qui a donné lieu à un reportage de 3mn diffusé dans l’édition locale du journal régional le 26 juin. Un peu trop axé à notre goût sur le trouble psychique…mais pas question de faire la fine bouche ! 

Dans la foulée, grâce à la directrice de Cohérence réseau, Marie-Christine Kay - qu’elle en soit ici vivement remerciée -, AME a fait l’objet, le 6 juin, d’une interview sur Radio France Bleu Roussillon pour l’émission « Juste quelqu’un de bien » ; ce fut une belle occasion de mettre l’accent sur une utilité sociale retrouvée, grâce à la médiation équine, par des chevaux inaptes au travail. L’interview est passée sur les ondes quelques jours plus tard sous le joli titre « des chevaux pour rebondir dans la vie », saluant ainsi la contribution de nos chers complices. En fin d’interview, puisque telle est la règle de l’émission, nous avons passé le témoin à Yvette Périot, directrice de l’Albe dont nous avions tout récemment fait la connaissance.

Reportage FR3 et interview France Bleu Roussillon qui ont bien mis en relief le caractère pionnier dans les Pyrénées orientales des efforts en cours, sont disponibles sur le site de l’association.

Participation à des événements locaux et départementauxNous n’avons pas chômé en 2018 grâce au concours actif de plusieurs membres à ces activités de représentation, ce dont nous les remercions ici vivement ; dans l’ordre chronologique, nous avons participé aux événements suivants :

·                Le premier Festi’Forum organisé fin avril par un collectif associatif argelésien sur le thème « le bien-être en famille, ça pétille » ; AME y était la seule association représentant les synergies humain-animal et leurs bénéfices en termes de mieux-être, notamment en situation de handicap. Ce fut l’occasion de tisser des liens avec l’Institut Équilibre et santé.

·                La première Université départementale de la santé, du bien-être et du handicap organisée de main de maître le 16 juin 2018 par le CAUSS 66. Ce fut l’occasion d’investir dans des moyens de communication (banderolle, flyers, roll-up) professionnels qui ont donné de la tenue à notre stand ; lequel a connu une fréquentation conséquente permettant, entre autres, des échanges d’expérience et débouchant sur l’adhésion d’une nouvelle personne accompagnée par AME.

·                Les deux ateliers interactifs organisés en juin et septembre 2018 par PASS 66/Portail des associations PO géré par la Direction des associations du Conseil départemental des Pyrénées orientales. Ils ont permis à AME de mieux connaître les échanges de bénévolats disponibles dans le département et d’accéder à des recettes très concrètes de recherche de financement participatif (« crowdfunding »). 

·                Le Forum des associations andréennes organisé mi-septembre par la Mairie de Saint en même temps qu’un marché de producteurs transfrontaliers. Malgré une faible fréquentation des stands associatifs, ce fut l’occasion de quelques contacts intéressants. 

 

Outre la visibilité qu’elle apporte à l’association, la participation à ces différents événements constitue une succession d’actions de sensibilisation à la médiation équine.

 

Ø  Nos réponses à des appels à projets - Tirant parti de la base de données du Pass66 sur les projets susceptibles d'intéresser les associations du cru, AME a répondu à deux appels à projets : Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) 66 et Fondation Banque populaire du sud. Dans les deux cas, l'objectif tournait autour du renforcement du lien social et de l'aide à des personnes en difficultés, donc dans le coeur d'activités d'AME. Nos réponses portaient sur des investissements permettant à AME de travailler de manière plus confortable (club-house en face de l'écurie) et de plus/mieux communiquer. Les sommes demandées oscillaient entre 12 000 à 15 000 euros. A la fin décembre 2018, aucune réponse des organismes contactés n'était arrivée. Dans le cas présent, "pas de nouvelles signifie probablement mauvaises nouvelles", mais il en faut plus pour nous décourager. Pas question de baisser les bras ! D’autant que ces réponses à appels à projet sont une occasion de faire connaître notre association par des organismes auprès de qui nous n’avons pas encore fait notre publicité.

 

Ø  Nous faire reconnaître de fédérations – Sans doute en raison de l’extrême jeunesse d’AME qui n’est de surcroît pas une structure thérapeutique à proprement parler et qui, par ailleurs, ne se fait pas payer ses prestations, un refus a été opposé à nos demandes d’affiliation à : la FENTAC (Fédération nationale de thérapie avec le cheval qui propose une formation coûtant plus de 5200 euros), à la Fédération des professionnels de la relation d’aide par la médiation animale (siège en Wallonie) qui, elle, a salué notre action avec plein d’encouragements à la clé ; la Fondation Sommer. La FFE (Fédération française d’équitation), pour sa part, ne nous a jamais répondu. 

Nous avons eu davantage de succès auprès d’Eagala, organisation internationale (siège aux USA) rayonnant, outre en Amérique et en Australie, partout en Europe sauf en France ; elle est  reconnue dans le monde la médiation équine pour son modèle constituant une formidable boîte à outils pour la conduite des séances: nous avons traduit en Français son webinaire d’accès à la formation débouchant sur l’agrément Eagala ; notre travail a été fort apprécié, seules quelques corrections mineures ayant été apportées à notre traduction par les réviseurs francophones ; une performance qui prouve l’acquisition d’un réel savoir-faire d’AME en médiation équine peut-être susceptible de nous ouvrir les portes de la FITRAM (Fédération internationale de thérapie et de relation d’aide par la médiation, siège à Strasbourg) que nous contacterons tout prochainement. Nous n’avons pas poursuivi avec cette organisation Eagala car le cursus pour obtenir l’agrément est long et fort onéreux, supposant un séjour aux USA.  

Notre atout maître, nous l’avons joué vis-à-vis de la Fédération nationale Handi-Cheval dont la présidente a créé le métier d’équicien(ne) reconnu par l’État en 2014 et correspondant, à la lettre, à l’action que nous conduisons au sein d’AME ; le diplôme ouvrant la voie à ce métier, décerné par le centre ressource Équit’Aide de la FNHC, pouvant être obtenu par validation des acquis de l’expérience, votre présidente, répondant à tous les critères exigés, a déposé un dossier en ce sens début décembre…en plein Salon du cheval et période de fêtes…l’absence de nouvelles n’est donc pas encore trop inquiétante. D’autant que nous constituons un cas un peu à part ayant déjà franchi toutes les étapes (au nombre de 5) du cursus requis pour l’obtention de ce diplôme. Il nous faut préciser qu’AME n’aura pas à supporter pas le poids financier lié à l’obtention de ce diplôme, si tant est que notre dossier soit jugé recevable ; les coûts seront assumés sur les deniers personnels de votre présidente. Compte tenu du travail déjà accompli au sein d’AME, nous avons parallèlement sollicité un agrément pour notre association de la part de la FNHC. Il s’agit là d’un enjeu majeur pour Animal Mieux Être qui constituerait alors la première structure d’équicie à être homologuée par Handi Cheval dans les Pyrénées orientales. Ne reste plus qu’à espérer une issue positive !

En conclusion, nous n’avons pas chômé en 2018, deuxième exercice d’AME, et avons concrétisé, voire amplement dépassé s’agissant notamment des prestations d’équicie délivrées, tous les objectifs que nous nous étions fixés lors de l’assemblée générale clôturant l’exercice 2017. En revanche, ayant concentré notre action sur la meilleure gestion du handicap et la sensibilisation Nous n’avons pas reconduit les stages de thérapie manuelle Nous nous retrousserons les manches avec autant d’ardeur en 2019.

 

Ø  Objectifs majeurs pour 2019

Adhésions : compte tenu des perspectives de renouvellement des adhésions, de retrait de certains membres et d’adhésions nouvelles, l’association table sur 20 membres titulaires de leur adhésion pour l’exercice à venir.

Construction des toilettes sèches : nous attendons la livraison par Weldom des poteaux constitutifs de la structure pour mettre notre force de travail à l’œuvre afin de doter l’association de cet équipement indispensable. La dalle ciment étant déjà coulée, la mise en œuvre de la construction sera incessamment sous peu lancée sous forme d’atelier collaboratif où tous les bras seront les bienvenus, chacun contribuant à la hauteur de ses moyens ! Belle occasion de resserrer les liens entre membres de l’association.

Nouveaux investissements envisagés : fière de ses réalisations actuelles et soucieuse, non seulement, d’accueillir les personnes en situation de handicap et leurs proches dans les meilleures conditions, mais aussi de délivrer des services d’équicie les plus professionnels possibles malgré ses moyens limités, l’association souhaite investir dans :

·                Un espace d’accueil type mobil home ayant fonction de club house et de salle de formation tout au long de l’année ;

·                La professionnalisation du site Internet par l’intervention d’un Web designer ;

·                La promotion des bénéfices générés par la médiation équine par des actions de sensibilisation

·                La publication/diffusion de notes techniques synthétisant l’expérience acquise par AME tant en termes de médiation équine que de gestion des équidés médiateurs pédagogiques ;

·                Du matériel promotionnel accompagnant les actions de communication évènementielle ou de recherche de financement participatif.

Accompagnement de la personne fondé sur la médiation équine : nous devrions être en mesure d’assumer quelque 150 séances de médiation équine personnalisées à destination d’adultes et de jeunes souffrant d’un handicap temporaire ou permanent dans le courant de l’exercice 2019. Ce, sachant que nous continuerons à privilégier, non le nombre, mais la qualité tant pour le bien-être des personnes accompagnées que pour celui de nos équidés. Nous prévoyons une action promotionnelle d’AME auprès du CAMSP (centre d’action médico-sociale précoce/ CMPP (centre médico-psycho-pédagogique) de Perpignan dont une antenne vient d’être construite sur la commune de Saint André.  

Le volet « soutien scolaire » par la médiation équine étant une originalité d’AME, nous poursuivrons la promotion de cette activité auprès d’écoles du voisinage, d’associations de parents d’élèves et autres. Il est prévu d’y dédier une cinquantaine d’heures.

 

Sensibilisation aux bénéfices de la médiation équine : pour continuer à faire connaître au sein du département les bénéfices directs (mieux vivre le handicap) et indirects (complément aux soins apportés par les professionnels de la santé, prévention de certains troubles tels burn out, dépression nerveuse) générés par la médiation, AME envisage l’organisation d’actions de sensibilisation des personnels de santé (aides-soignants, infirmiers, éducateurs, psychothérapeutes...) à l’équicie au travers de stages, de plateformes de rencontre...

 

Recherche de financements complémentaires : pour asseoir son développement, AME devra poursuivre ses recherches de financements complémentant le fruit des adhésions (estimé à 275 euros) ; l’association va solliciter le concours :

·                du Département et de la commune de Saint André pour lesquelles les dossiers de demande de subvention vont devoir être soumis sitôt après la présente assemblée générale ;

·                généreux donateurs par le biais d’une campagne de dons à lancer dans le courant du 1er trimestre 2019 ;

·               d’organismes lançant des appels à projets auxquels AME, maintenant reconnue d’intérêt général et d’utilité publique, est éligible.  

 

Poursuite des activités de réseautage : constitution, entre autres, d’un dossier d’affiliation à la FITRAM (Fédération internationale de thérapie et de relation d’aide par la médiation) en espérant AME éligible du fait de son savoir-faire acquis en matière de médiation équine et canine.


[1] « Le terme "équicie" définit la pratique de l'équicien qui est un professionnel de la relation d'aide à médiation équine et dont le champ d'intervention est thérapeutique et éducatif. »

Rapport moral 2018

Après un exercice 2017, première année d’existence d’Animal Mieux Être, de « rodage », pourrions-nous dire, l’exercice 2018 s’est caractérisé par une nette montée en puissance de l’action de notre association dont l’objet, rappelons-le, est de promouvoir, par tous moyens nécessaires, les synergies positives générées par une saine relation avec ces animaux familiers que sont notamment les chevaux. La vocation principale d’AME est de mettre ces synergies positives humain-animal au service de personnes en situation de handicap physique, psychologique et /ou psychique, permanent ou ponctuel, au travers d’activités de médiation équine…lesquelles ne sont, toutefois, pas réservées aux seules personnes en situation de handicap telle que couramment définie et peuvent être une pièce maîtresse du développement personnel de tout un chacun. Raison pour laquelle AME ouvre très largement ses portes.
Le propre des activités de médiation équine est d’être réalisées dans le cadre d’une relation triangulaire personne accompagnée-équidé médiateur pédagogique-médiateur humain et, ce, dans un contexte de non-jugement, de neutralité et d’impartialité. Elles s’appuient sur une Pédagogie aidée par le cheval (PAC) élaborée par nos soins sur une base ternaire[1], appropriée à notre structure, adaptée à chacun de nos équidés et constamment ajustée au public accueilli ; une PAC inspirée des directives de la Fédération internationale de thérapie et de relation d’aide par la médiation (FITRAM) et de la boîte à outils de l’organisation américaine Eagala (Equine assisted growth and learning association) et entièrement fondée sur le travail au sol (faisant d’AME un espace non concurrentiel des structures d’équithérapie) ayant pour objectif d’outiller la personne accompagnée de manière à ce qu’elle trouve ses marques dans le tissu social l’environnant et en devienne partie prenante/acteur. Une PAC s’appuyant, de surcroît, sur des travaux scientifiques tels que ceux réalisés en Californie par le Heart Maths Institute (cohérence cardiaque).
Animal Mieux Être fait dans le « cousu main ». Ses prestations de médiation équine reposent sur un projet individualisé, conçu en totale concertation avec la personne accompagnée (ou son représentant) pour une maximisation de l’enrichissement de sa vie personnelle et sociale (concept d’animalo-socio-pédagogie fondateur de l’association). Comparé à 2017, l’association a été confrontée, au fil des mois écoulés, à un éventail beaucoup plus large de situations de handicap (hyperactivité, schizophrénie, burn out, trisomie, dépression nerveuse, autisme…) auxquelles elle a été, globalement, en mesure de répondre en s’adonnant à maints travaux de recherche ; elle a ainsi amplifié son champ de connaissances et de compétences, et a pu parfaire sa Pédagogie aidée par le cheval. AME accompagne actuellement - avec l’aide de ses fidèles complices que sont Kiss, Chokolat, les ponettes, sœurs presque jumelles, Baraka et Bakarat, sans oublier les deux chiens du mas Popeye et Olive - 9 personnes en suivi régulier, dont 2 enfants de respectivement 4 et 13 ans et 7 adultes (leur âge allant de 23 à 59 ans). L’association peut se targuer de certains bons résultats ; la plupart des personnes accompagnées font, en effet, état d’un gain/regain de confiance en soi et d’une meilleure insertion sociale ; toutes ont acquis un savoir-faire avec les équidés et plusieurs un meilleur savoir-être avec les humains, clé de notre PAC qui a gagné ses lettres de noblesse en 2018, son efficacité étant reconnue par des organismes tels que l’Albe, l’APAJH66 ou Cohérence Réseau. Toutefois, AME ne dispose pas encore d’indicateurs de la qualité de ses prestations, ce à quoi nous remédierons en 2019 ; la définition de ces critères quantifiables vient de commencer.
L’action conduite au sein d’AME depuis maintenant deux années fait de nous un protagoniste novateur dans les Pyrénées orientales de la médiation équine, autrement appelée « équicie » par la Fédération Nationale Handi-Cheval (FNHC). Elle pourrait prendre valeur d’exemple en terre catalane si elle était légitimée par cette fédération auprès de qui nous avons entrepris une démarche. Ce qui ouvrirait plus largement les portes au dialogue avec le monde thérapeutique départemental sur les bénéfices de la médiation équine en tant qu’alternative curative et préventive ; un dialogue que nous avons encore bien du mal à instaurer…la gratuité de nos prestations ne plaidant peut-être pas en notre faveur ! Il n’est, cependant, pas à l’ordre du jour de faire fi de la philosophe de bénévolat animant AME : ouvrir les portes du mieux-être à des personnes à faible revenu et ainsi participer à la lutte contre les discriminations sociales et économiques dont sont encore victimes nombre de personnes en situation de handicap ; une philosophie qui a permis à l’association de bénéficier, en 2018, du soutien du Conseil départemental des Pyrénées orientales et de la ville de Saint André et qui lui vaut, par ailleurs, d’être reconnue d’intérêt général et d’utilité publique, soulignant ainsi le caractère philanthropique et social de son action.
Mais toute médaille ayant un revers, il ne s’agirait pas que nous soyons victime de notre succès. Notre audience s’accroissant (bouche à oreille, flyers…), de nouvelles demandes de services d’équicie nous parviennent, supposant de nouveaux investissements et donc de nouvelles dépenses. Gérée en « bonne mère de famille » très soucieuse de son budget, notre association conservera dans les mois à venir l’usus-fruit gracieux des structures équestres et des équidés (frais de leur gestion compris) du mas de l’Olivière, siège d’AME. Comme pour toute autre association, l’argent constitue l’un des nerfs de la guerre pour Animal Mieux Être, riche, en 2018, d’une dizaine d’adhésions de soutien supplémentaires constituant, aux côtés des dons reçus, une bouffée d’oxygène pécuniaire dont nous remercions les auteurs. Mais l’aspect financier n’est pas seul au cœur de nos préoccupations. C’est, plus encore, sur le potentiel en ressources humaines dont dispose l’association pour délivrer les services d’équicie qu’une ombre plane. À l’heure actuelle, l’animation des séances de médiation équine (170 pour 2018 contre 80 en 2017) repose à 90% sur les épaules de votre présidente. Nous aurons, en conséquence, une action à mener pour intéresser de nouveaux intervenants, voire essaimer, et être en mesure de continuer sur notre lancée tout en conservant son caractère familial à notre structure. Des mains se sont déjà levées. Espérons qu’il y en aura d’autres.
Nos accomplissements sur le très jeune parcours qui est le nôtre, énumérés dans le rapport d’activité ci-après présenté, constituent une réelle performance à laquelle chaque membre d’AME a concouru, chacun à sa manière, à la hauteur de ses moyens. Que tous soient ici chaleureusement remerciés pour leur contribution qui assied la dynamique de notre association que nous souhaiterions voir devenir vôtre.
           Présidente d’Animal Mieux  Être

[1] Les trois éléments clés de cette pédagogie sont : la valorisation de la personne ; l’aide à la prise de conscience et à la résurgence de son potentiel enfoui ; l’apprentissage/développement de nouvelles acquisitions émotionnelles, cognitives, gestuelles et relationnelles avec pour finalité un regain de confiance en soi et d’estime de soi.

Ressources scientifiques

Thèse de Jérôme Michalon sur le pansage 

Pour toutes ces ressources, cliquer sur "Ouvrir " et "Avec Wordoline" ou téléchargez

Vidéos didactiques

Bonjour, je suis un bloc de texte. Cliquez ici pour modifier le texte et ajouter le vôtre. Rien n’est gravé dans le marbre, vous pourrez donc le changer à tout moment.

Un florilège de ressources en français et en anglais

Cliquez ici pour accéder à une liste de ressources Internet utiles sur les équidés, la santé et la pédagogie. Liste mise à jour continuellement. N'hésitez pas à nous envoyer de nouvelles ressources.